Tocophobie : peur irrationnelle de la grossesse et de l’accouchement

- - Santé

La grossesse et l’accouchement sont des événements très importants dans la vie d’une femme. Si beaucoup le vivent comme un moment de joie et de célébration, pour beaucoup d’autres, il est source d’anxiété – il peut même être un mélange. Pour d’autres, elle cache une véritable « peur irrationnelle »,non seulement pour accoucher, mais aussi pour tomber enceinte. C’est ce que l’on appelle la tocophobie.

Cette peur pathologique conditionne de nombreuses femmes qui éviteront de tomber enceintes en raison de la terreur que l’idée d’affronter une grossesse et, surtout, un accouchement, produit en elles. Cela n’a rien à voir avec le fait de ne pas vouloir être mère. La plupart des femmes qui souffrent de cette phobie veulent être mères, bien qu’ils envisagent une césarienne dès le début pour éviter un accouchement vaginal.

Les symptômes

En fait, La tocophobie est un trouble de l’anxiété et conditionne négativement la personne qui en souffre. Les symptômes tels que les troubles du sommeil, les crises de panique, les comportements d’évitement, l’anxiété et la dépression sont les plus fréquents dans ce trouble

La peur de l’accouchement (tocophobie) peut avoir des effets négatifs au-delà de la naissance elle-même. Ainsi, en demandant une césarienne facultative, la probabilité que la naissance devienne un élément traumatique augmente également, ainsi que la probabilité de problèmes de liens entre la mère et l’enfant.

Femme souffrant d'anxiété liée à la grossesse

Deux types différents de tocophobie

Au sein de ce trouble anxieux, on trouve deux typologies différenciées. Le premier, la tocophobie primaire, qui se manifeste chez les femmes confrontées à leur première naissance. Dans ces cas, la peur peut apparaître avant ou après la grossesse.

Il s’agit d’une crainte qui se répète tout particulièrement chez les femmes, les adolescentes ou les jeunes filles qui ont été agressées sexuellement. Dans ce sens, peut déclencher des symptômes lors des tests médicaux de grossesse en générant Flashback du traumatisme initial.

La tocophobie secondaire se manifeste chez les femmes qui ont déjà été mères ou qui ont connu une grossesse antérieure sans développer de symptômes. Elle peut être due à une naissance traumatisante, à des traitements de fertilité qui n’ont pas atteint un bon terme, à des fausses couches, à la mort du fœtus, etc.

Les causes

Plusieurs explications ont été proposées pour la tocophobie. L’un d’eux est le témoignage transmis : le récit d’expériences de naissance qui ont beaucoup souffert. Des antécédents de troubles tels que l’anxiété ou la dépression ont également été liés comme causes probables.

En général, dans tous les cas, il existe un peur irrationnelle d’une mauvaise gestion de la douleur, perte de contrôle, le manque de confiance dans le personnel médical ou une peur exacerbée pour sa propre vie ou celle du bébé.

En bref, il s’agit d’un trouble associé à l’incertitude qui est souvent aggravé par un manque de soutien social. Elle se produit chez de nombreuses femmes qui doivent faire face seules à la grossesse et à l’accouchement. On estime qu’il y a un pourcentage de 2 à 15 % de femmes qui souffrent de tocophobie.

Ce qui est drôle, c’est que cette phobie n’est pas exclusive aux femmes. De nombreux hommes souffrent également de tocophobie. Elles ressentent un profond malaise face à l’incertitude du processus de grossesse et d’accouchement pour leur partenaire. Ces hommes ont peur du moment de la naissance et de ce qui peut arriver à leur partenaire et à leur futur enfant.

Femme enceinte chez le psychologue

Intervention thérapeutique

La psychothérapie et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) semblent bien fonctionner pour ce type de trouble anxieux. L’efficacité de la le CBT est présenté comme une bonne option pour ses résultats à court terme. L’un de ses grands avantages est qu’il se concentre sur des symptômes spécifiques.

En tout cas, les études sur l’efficacité de ces traitements sont rares, bien qu’elles semblent prouver une réduction considérable de la peur chez les patients avant et après la naissance. La médecine, aujourd’hui, suggère une intervention avec une approche multidisciplinaire qui inclut un soutien psychologique et obstétrique.

Les données nous donnent des chiffres élevés sur l’inquiétude générale que toutes les mères éprouvent à l’égard du processus de grossesse et d’accouchement. Plus précisément, 80% des femmes ressentent un certain degré d’anxiété et d’inquiétude à propos de l’événement. C’est une attitude absolument normale et non une attitude qui devrait être traitée comme un désordre.

La tocophobie se manifeste chez un petit nombre de personnes et va au-delà des préoccupations normales qu’un processus aussi important que l’arrivée d’un enfant dans le monde peut engendrer.

Néanmoins, au cas où il y aurait des craintes irrationnelles associées à la tocophobie, il est conseillé de vous mettre entre les mains de professionnels qui peuvent vous aider à contrôler vos symptômeset faciliter une expérience saine et positive de la grossesse et de l’accouchement.

Partagez cet article :
Avatar

Olivia

Commentaires fermés