Le tabagisme, quel effet sur votre corps et pourquoi crée-t-il une dépendance ?

- - Bien-être

Le tabagisme peut avoir un effet dévastateur sur votre santé et votre bien-être. Environ la moitié de tous les fumeurs mourront d’une maladie liée à cette habitude. Le tabagisme est responsable de 80 % des décès dus au cancer du poumon et serait la cause d’un quart des décès dus à tous les types de cancer.

Bien que les effets sur la santé soient connus de tous, que la publicité soit interdite, que les cigarettes ne soient pas visibles en magasin et que des illustrations poignantes figurent maintenant sur les emballages, il demeure extrêmement difficile pour la plupart des fumeurs de renoncer à fumer.

Une étude réalisée en 2014 a révélé qu’environ 19 % des adultes fumaient, ce qui représente une baisse considérable par rapport aux années 1970, alors que près de la moitié de la population adulte fumait, mais qu’il s’agissait d’une minorité importante. Fait alarmant, la même étude révèle que le pourcentage le plus élevé de fumeurs sont de jeunes adultes âgés de 16 à 34 ans, ce qui représente le quart de tous les adultes de ce groupe d’âge.

Comment le tabagisme affecte-t-il différentes parties du corps ? Et pourquoi est-ce si addictif ?

Le cœur

Fumer augmente les niveaux de monoxyde de carbone dans votre corps, réduisant ainsi la quantité d’oxygène dans votre sang. Les toxines contenues dans le tabac épaississent également le sang.

La nicotine encourage les glandes surrénales à produire de l’adrénaline. Cela aide à fournir la  » ruée  » vers la nicotine dont les fumeurs ont besoin. Les artères (les tubes qui permettent au sang de circuler autour du corps) sont endommagées par le tabagisme, ce qui entraîne la formation d’un mélange de substances grasses et de tissu cicatriciel appelé athérome, ce qui rétrécit les artères et limite la circulation du sang dans le corps et dans les organes vitaux. Un morceau d’athérome peut se détacher et couper complètement l’approvisionnement en sang, provoquant un caillot de sang.

Selon une étude de l’UCL, les grands fumeurs sont trois fois plus susceptibles de souffrir d’une maladie cardiaque que les non-fumeurs, et le risque est grandement réduit dans les cinq à dix ans suivant l’arrêt.

Nous avons déjà mentionné à quel point le tabagisme est la cause de la majorité des cas de cancer du poumon. Le tabac contient des milliers de produits chimiques et plus de 70 d’entre eux sont cancérigènes, ou tout au moins des substances que l’on croit cancérigènes.

Les fumées  et le goudron qu’elles laissent derrière elles commencent à endommager les tissus des poumons. Non seulement ils endommagent l’ADN des poumons, mais au fil du temps, ils affectent la capacité des tissus des poumons à se réparer.

Le tabagisme est également responsable de plus de 80 % des décès dus à la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Ce terme couvre un certain nombre de maladies qui affectent les poumons, telles que la bronchite et l’emphysème, causés par la fumée qui endommage les petits sacs d’air dans les poumons. Vous pouvez développer une bronchite lorsque vous endommagez les tissus des poumons et des voies respiratoires (bronches) et qu’ils deviennent enflammés et recouverts de mucus. Les symptômes comprennent une toux persistante, une respiration sifflante, des infections pulmonaires récurrentes et une sensation d’essoufflement, qui s’aggraveront progressivement avec le temps, sans pour autant réparer les dommages causés aux poumons par le tabagisme, mais en évitant de les endommager davantage, et les symptômes peuvent être gérés par des médicaments.

Le système digestif

Les fumeurs courent un risque accru de développer un cancer de l’estomac, des reins, du foie, de l’œsophage, du côlon, du rectum et du pancréas. 1 cas de cancer de l’estomac sur 5 environ est causé par le tabagisme.

Lorsque la fumée est inhalée, une partie est avalée, ce qui endommage les tissus de l’estomac et provoque une croissance tumorale. On croit aussi que les fumeurs sont plus vulnérables à d’autres complications médicales comme la maladie de Crohn, la pancréatite, les calculs biliaires, le RGO (reflux gastro-oesophagien pathologique), les brûlures d’estomac et les ulcères gastriques.

La bouche

Le tabagisme peut également réduire le sens du goût, entraîner la mauvaise haleine, le jaunissement ou le noircissement des dents.

Mais plus sérieusement, les fumeurs sont sujets au cancer de la bouche, des lèvres, de la gorge, du cou, des cordes vocales et de la langue.

Selon la Fondation du cancer de la bouche, les trois quarts des cas de cancer de la bouche sont causés par le tabagisme, et ce risque augmente encore davantage chez les personnes qui consomment également de l’alcool.

Bien que les produits sans fumée comme le tabac à chiquer, le bétel et le snus puissent réduire le risque de certains autres cancers, ils augmentent le risque de développer un cancer de la bouche ou de la gorge.

Les fumeurs de cigare et de pipe sont plus susceptibles que ceux qui fument la cigarette de développer ces cancers car ils respirent la fumée dans leur bouche plutôt que leurs poumons.

La peau

La diminution des niveaux d’oxygène dans le sang et les toxines contenues dans la nicotine peuvent rendre la peau pâle, grise et desséchée.

La peau se ridera prématurément parce que les vaisseaux sanguins se rétrécissent et ne peuvent pas fournir suffisamment d’oxygène ou de nutriments importants, comme la vitamine A ou la vitamine C, aux cellules cutanées qui en ont besoin.

Les os

Les toxines qui pénètrent dans l’organisme lors du tabagisme perturbent l’équilibre délicat des hormones dans le système, entravent la production d’œstrogènes nécessaires au maintien d’os solides et augmentent le taux d’une hormone appelée cortisol, qui peut affecter la densité osseuse, ce qui peut être particulièrement dangereux pour les femmes, déjà plus susceptibles que les hommes de développer des os fragiles (ostéoporose), surtout pendant la ménopause, lorsque les niveaux d’œstrogène dans le corps commencent naturellement à tomber.

L’appareil reproducteur

Chez les hommes, le tabagisme peut inhiber l’apport sanguin au pénis et causer l’impuissance.

Chez les femmes, les taux de fécondité sont considérablement réduits. Une étude a révélé que les femmes qui fument plus de dix cigarettes par jour étaient environ un tiers moins susceptibles de tomber enceintes. Pendant la grossesse, les femmes qui fument sont plus susceptibles de faire une fausse couche ou de donner naissance prématurément. Les femmes qui fument courent également un risque accru de développer un cancer du col de l’utérus.

Santé mentale

Outre le stress causé par la dépendance à la nicotine, comme les envies de fumer et les symptômes de sevrage, le tabagisme engendre la production d’une importante substance appelée dopamine, qui est libérée dans le cerveau et aide à soulager le stress et à améliorer les sensations de plaisir.

Après un certain temps, le cerveau commence à cesser d’utiliser son propre mécanisme de production de dopamine, laissant le fumeur de plus en plus dépendant de son habitude pour son approvisionnement.

Un rapport de 2014 indique que les personnes qui fument quotidiennement sont deux fois plus susceptibles de développer la schizophrénie que les non-fumeurs en raison des dommages que la nicotine peut causer au cerveau.

Pourquoi devenons-nous dépendants ?

Lorsque la fumée de cigarette est inhalée, la nicotine atteint le cerveau en quelques secondes. Cette poussée de nicotine augmente les niveaux de noradrénaline et de dopamine dans le cerveau, ce qui réduit le stress et engendre des sentiments de relaxation.

L’impossibilité de fumer provoque des sentiments d’irritabilité et de stress, ainsi que des symptômes de sevrage. La cigarette peut aussi faire partie d’une routine quotidienne, ce qui rend l’abandon encore plus difficile.

Les fumeurs peuvent être habitués à fumer une cigarette dès le matin ou après un repas, ou avec un groupe d’amis en dehors du travail. Les gens se tournent également vers le tabagisme pour se réconforter ou pour faire face à à l’anxiété ou à des situations stressantes.

Comment puis-je m’arrêter ?

Pour maximiser vos chances de succès de cesser de fumer pour de bon, il existe des services locaux de sevrage tabagique dans tout le pays . On vous conseillera habituellement d’utiliser des traitements sur ordonnance ou en vente libre en plus d’un traitement individuel ou en groupe de votre service d’aide à l’abandon du tabagisme.

Les médicaments d’ordonnance utilisés pour aider à cesser de fumer sont la Varenicline (commercialisé sous le nom de Champix) et le Bupropion (Zyban). Vous pouvez aussi utiliser la nicotine de remplacement (TNS).

Les e-cigarettes sont de plus en plus populaires pour aider à cesser de fumer. Bien qu’elles contiennent de la nicotine, elles ne contiennent pas les émanations nocives de goudron ou de monoxyde de carbone associées aux cigarettes normales. Leurs avantages  ne sont pas encore tout à fait clair, mais de nombreuses personnes ont signalé qu’elles sont efficaces pour arrêter de fumer.

Bien que cesser de fumer peut être difficile, il existe des réseaux de soutien pour ceux qui veulent arrêter, et parmi les avantages il y a un changement de vie.

Partagez cet article :
Romain Turzot

Romain Turzot

Commentaires fermés