« Le cerveau peut nous rendre malades », déclare Suzanne O’Sullivan

- - Santé

Le Dr Suzanne O’Sullivan est une célèbre neurologue, auteur du livre Tout est dans votre tête.. Dans cette pièce, il insiste sur une idée : « Le cerveau peut nous rendre malades ». Il fait référence au monde inconnu des maladies psychosomatiques.

Les maladiespsychosomatiques sont connus depuis longtempsMais même au XXIe siècle, elles suscitent encore des questions et beaucoup de malentendus. Beaucoup les considèrent comme des simulations. Ils ne savent pas que, comme le souligne O’Sullivan, « le cerveau peut nous rendre malades ».

Les maladies psychosomatiques ne sont pas de fausses maladies. Ce qui se passe, c’est queque vos symptômessont déclenchés par des raisons mentales.

Par conséquent, une douleur psychosomatique dans les jambes est totalement réelle, ce qui se passe, c’est que le problème ne se situe pas dans les jambes. Celui qui le subit, le subit, comme s’il y avait des dommages au membre. Ce qui se passe, c’est qu’il n’obéit pas à une raison physique, mais à une condition psychique. C’est pourquoi nous affirmons que « le cerveau peut nous rendre malades ».

Sur quatre-vingt-dix maladies, cinquante sont causées par la culpabilité et quarante par l’ignorance”.

-Paolo Mantegazza-

Une femme sur le dos

Le psychosomatique

O’Sullivan nous rappelle que toutes les émotionsgénérer des changements physiques. A titre d’exemple, il met ce que l’on peut ressentir en présence d’un être cher : « des papillons dans l’estomac ». C’est une sensation physique qui provient des sentiments et des émotions. La même chose se produit lorsque, par exemple, nous parlons en public. Le cœur bat plus fort et les jambes tremblent.

Dans ces exemples, personne ne remet en question ce lien entre les émotions et les manifestations physiques. Mais quand on parle de maladie psychosomatique, les problèmes apparaissent. Beaucoup pensent que la peurpeut provoquer un tremblement des jambes,mais ils refusent de reconnaître que cette même peur, dans certaines circonstances, provoque des symptômes plus graves.

C’est une contradiction dans laquelle tombent également de nombreux médecins. Il existe une forte tradition qui conduit à séparer l’esprit du corps et à considérer les phénomènes de l’esprit comme des « fictions »et les phénomènes physiques comme étant « réels ». Si les deux zones étaient séparées, nous ne ressentirions pas de « papillons dans l’estomac », ni de frissons, dans des situations à forte charge émotionnelle.

« Le cerveau peut nous rendre malades »

Pour Suzanne O’Sullivan elle-même, ce fut une surprise de voir que « le cerveau peut nous rendre malades ». Au début de sa pratique médicale en tant que neurologue, elle recevait des patients présentant des symptômes graves.

Par exemple, il a eu de nombreux patients qui ont eu des crises d’épilepsie. Cependant,quand j’ai fait mes recherches, j’ai découvert qu’il n’y avait pas de schéma neurologique pour les expliquer.

Il s’est souvent demandé si ces patients faisaient semblant. Il a fini par découvrir que ce n’était pas le cas.. Ces personnes ont souffert de leurs crises et de leur épilepsie tout comme celles chez qui il a été possible d’identifier une cause neurologique.

C’est ainsi qu’il a compris que « le cerveau peut nous rendre malades », ce qui signifie que parfois, la cause d’une image symptomatique provient de l’esprit et non du corps. Les manifestations de la maladie sont fondamentalement les mêmes, ce qui varie est l’origine et donc le protocole d’intervention recommandé.

L'esprit d'une personne avec des carrés noirs

Un problème répandu

O’Sullivan dit que beaucoup de ses patients ont été déçus, voire bouleversés, lorsqu’il leur a fait savoir que leur problème était psychosomatique. Ils ont demandé des examens de rattrapage ou ont sollicité un deuxième avis. D’une certaine manière, cela aurait dû être une bonne nouvelle pour eux, mais cela n’a pas été le cas. Dans de nombreux cas, ils ont eu le sentiment d’être pris en considération « Fou ».

En ce sens, il semble que nous soyons beaucoup moins habiles à identifier les symptômes émotionnels, mais nous sommes capables de les camoufler ou de les orienter. Pour que que l’inconfort revient souvent sous la forme d’un symptôme physiquequi est généralement de nature psychosomatique. Ensuite, en établissant le diagnostic, la personne devrait reconnaître ce qu’elle a choisi d’ignorer auparavant. Et nombreux sont ceux qui ne sont pas préparés à cela ou qui sont incrédules face à cette relation.

Il existe une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon laquelle une personne sur cinq présente au moins six symptômes physiques qui ne peuvent être expliqués par une affection organique. Je veux dire qu’ils ont des problèmes psychosomatiques. Une autre étude indique que parmi les patients hospitalisés, au moins 30% correspondent à des cas de maladies psychosomatiques.

Dans de nombreux cas, le problème reste la résistance de nombreux patients à accepter le diagnosticLeur crainte qu’une cause organique ait été négligée, ou la motivation de simplifier l’opération en faisant porter la responsabilité sur les médicaments ou les interventions chirurgicales, sont deux des principaux facteurs de cette résistance. D’autre part, c’est un problème, car il faut la collaboration active du patient pour s’attaquer à ce qui a été somatisé et produit les symptômes.

Dans tous les cas, la souffrance est réelle et, par conséquent, notre devoir en tant que société est de poursuivre la recherche, tout en démystifiant les nombreux mythes qui entourent les problèmes psychosomatiques. Et c’est parce que, oui, « le cerveau peut nous rendre malades ».

Partagez cet article :
Avatar

Olivia

Commentaires fermés