La rhinite allergique, un cri retenu

- - Santé

De certains courants de la psychologie et, en particulier, de la psychanalyse, il a été avancé la thèse que les sentiments, désirs et conflits réprimés, lorsqu’ils ne sont pas exprimés, reviennent sous forme de problèmes de santé. La rhinite allergique, ainsi que d’autres formes d’allergie, semblent soutenir cette idée.

Ils sont appelés maladies psychosomatiques à ceux dans lesquels un état psychologique est un déterminant d’un problème organique. De telles conditions sont souvent très résistantes à toutes sortes de traitements médicaux, trouvant un soulagement lorsqu’elles sont abordées d’un point de vue mental. Cela semble être le cas pour la rhinite allergique.

Les allergies sont des réactions disproportionnées du système immunitaire face à un stimulus non menaçant. Dans la rhinite allergique, le corps réagit instantanément à un certain facteur, libérant des anticorps et générant ainsi une inflammation des muqueuses. Pourquoi cela se produit-il d’un point de vue psychosomatique ?

L’état de votre vie n’est que le reflet de votre état d’esprit”.

-Wayne Dyer-

Homme atteint de rhinite

Rhinite allergique

Dans la rhinite allergique, il y a une inflammation de la muqueuse du nez. Les personnes qui en souffrent ressentent généralement un blocage du nez, des picotements, des démangeaisons et des sécrétions ou des gouttes du nez. Cela s’accompagne généralement d’éternuements et souvent de conjonctivites. C’est une condition qui ne présente pas de grands dangers, mais qui affecte la qualité de la vie.

Souvent, les personnes souffrant de rhinite allergique ont également des difficultés à dormir. Leur vie sociale est également affectée par la maladie, ainsi que leur capacité de concentration et leur bien-être général. Les facteurs qui la déclenchent sont divers : pollen, poussière, poils d’animaux, champignons, acariens, etc.

Les cas de ce type de rhinite ont augmenté ces dernières années. Elle est particulièrement fréquente chez les enfants et les adolescents, mais un nombre important d’adultes en souffrent également ; en revanche, la maladie tend à disparaître avec l’âge. On estime que c’est un problème qui touche un tiers de la population mondiale à un moment donné de sa vie.

La rhinite et l’esprit

Selon le psychanalyste Luis Chiozza, ainsi que Dahlke & Dethlefsen et d’autres auteurs, la respiration est une activité étroitement liée aux émotions. La rhinite allergique, en particulier, nous renseignerait sur le découragement, la tristesse et la dépression. Chiozza souligne qu’il est « un manque de souffle. Selon lui, il existe essentiellement une situation dans laquelle une personne a été dépouillée de son air, c’est-à-dire un « snub ».

De ce point de vue, la rhinite allergique serait une réponse non pas tant à un allergène qu’à un manque perçu de soutien ou à un manque de considération. C’est comme une sorte de cri qui ne se concrétise pas. Il souligne également qu’elle peut être liée à « manque d’inspiration pour produire de manière créative”. La difficulté à respirer se manifeste par une difficulté à respirer.

Chiozza, et d’autres auteurs, également associer la maladie au besoin d’affection maternelle ou, en tout cas, de protection et d’abri. Ils insistent sur le fait que les expériences de détresse affectent la fonction respiratoire. Ils font référence à des situations telles que la perte, l’abandon, la honte et la culpabilité.

Dans cette perspective, ils ont également postulé l’idée que les personnes souffrant de ce type d’allergie sont extrêmement sensibles au contact avec la vie en général. Plus précisément, ils aimeraient que leur vie soit exempte de stimuli sexuels et agressifs. Ils concentrent ce désir de « stérilité » dans le nez.

Femme souffrant de rhinite allergique

Une hypothèse des neurosciences

Récemment, les neurosciences ont également fait quelques progrès dans l’étude des allergies et de leur relation avec le monde mental. Un ouvrage publié dans Frontières en psychiatrie parle de la relation entre la rhinite allergique et la dépression. Pour arriver à cette hypothèse, ils ont examiné 200 000 patients.

Parmi eux, environ 70 % étaient « en bonne santé » et le pourcentage restant souffrait de rhinite ou d’autres formes d’allergie. Sur la base de plusieurs tests, ils ont constaté que chez les personnes « en bonne santé », le risque de développer un trouble psychiatrique était de 6,7%. Chez les personnes souffrant d’allergies, ce pourcentage était de 10,8 %. Ce n’est pas vraiment une différence significative, mais c’est suggestif.

Ils ont également conclu que les mécanismes de ces maladies inflammatoires sont très similaires à ceux des maladies psychiatriques. En plus des études qu’ils ont menées auprès des patients, ils ont également constaté que les médicaments anti-inflammatoires réduisent souvent les symptômes de la dépression.

Partagez cet article :

Commentaires fermés