Faire face à la stérilité, une tâche complexe

- - Santé

La stérilité peut être très frustrante pour certaines personnes. Pour ceux qui rêvent d’être père ou mère, c’est, du moins en principe, une véritable source de souffrance. L’impossibilité de satisfaire ce désir naturel peut même marquer une bonne partie de la vie. Cependant, comme pour toutes les réalités humaines, il y a toujours des moyens de la gérer.

La stérilité est un problème croissant. On estime qu’actuellement un couple sur six doit faire face à cette réalité.

Habituellement, la nouvelle qu’un des partenaires n’est pas fécond est une surprise. Presque tout le monde suppose qu’il a la capacité de procréer, jusqu’à ce qu’un test dise le contraire. C’est pourquoi il n’est pas facile à assimiler au début. Toutefois, il existe des moyens de rendre ce processus moins lourd.

Murer ses souffrances, c’est risquer d’être dévoré de l’intérieur”.

-Frida Kahlo-

Une femme qui a trop de soucis à se faire

Conseils d’amis sur la stérilité

Comme pour tant de questions, la stérilité est une question d’opinion de nombreuses personnes. Tout le monde connaît quelqu’un qui n’a pas pu avoir d’enfants et qui a ensuite pris cela, a sali l’autre et a finalement pu concevoir. Les personnes ou les couples qui ont été diagnostiqués infertiles tombent parfois dans ces voies non scientifiques.

L’une des « vérités » les plus répandues est que l’anxiété car c’est précisément celui qui ne permet pas d’avoir des enfants. Par exemple, vous blâmez la personne de se soucier de son bien-être. Au lieu d’aider, cela finit par créer un fardeau supplémentaire – la culpabilité, dans de nombreux cas – et, de plus, inutile.

Il est vrai que le stresspeut influencer la fertilité,mais il est si rare qu’il est le facteur déterminant que l’on ne peut pas parler de poids significatif. Seulement, si un médecin fait cette affirmation, cela vaut la peine de lui donner une certaine crédibilité.

Le problème d’un couple

L’une des conséquences les plus immédiates d’un diagnostic de stérilité est l’installation d’un état d’asymétrie dans le couple. Habituellement, c’est seulement l’un des deux qui présente l’impossibilité de concevoir. Au contraire, cela a un effet sur nous deux. C’est un test décisif pour la stabilité de la relation.

Il est fréquent que les personnes ayant des problèmes de fertilité se sentent coupables, responsables de la frustration des souhaits d’autrui.L’autre, à son tour, sera confronté à un dilemme de grande importance : si vous voulez avoir des enfants naturellement, vous devrez changer de partenaire. Et si vous voulez continuer avec votre partenaire, vous devrez renoncer à la possibilité d’avoir des enfants naturellement.

Ce n’est facile pour aucun de nous. Cependant, il n’est pas bon que chacun essaie de résoudre le problème uniquement au niveau individuel. Il est évident que chacun devra construire sa propre histoire, mais il est préférable que le sujet soit abordé ouvertement et franchement. Dans le cas contraire, cela pourrait entraîner de nombreux malentendus, conduisant à des conflits là où il ne devrait pas y en avoir.

Il est important que le temps et l’espace soient mis de côté pour parler du sujet. Il n’est pas conseillé de garder cela à l’esprit à tout moment et de parler de la même chose à chaque fois. En fait, une bonne option consiste à lancer ensemble un petit projet qui peut être couronné de succès. Un tel objectif peut permettre de garder le canal de communication ouvert, ainsi que de ne pas laisser l’espace vide pour un objectif commun.

Femme souffrant de dépression

Les alternatives

Lorsque le diagnostic de stérilité est posé, c’est que les possibilités de procréation assistée ont été épuisées. Cela signifie que vous avez probablement déjà des signes d’épuisement émotionnel lorsque vous êtes confrontés à cette nouvelle. Ils y sont aussi un peu plus préparés, mais cela n’enlève rien à l’importance d’une question aussi définitive.

Il n’y aura pas de résolution immédiate. Le sujet mérite une série de réflexions qui demandent du repos et du temps. C’est une chose d’avoir envisagé cette possibilité et une autre de la confirmer. Il est préférable de ne pas se pousser, ni de pousser l’autre personne, à passer à l’étape suivante.

Quoi qu’il en soit, il est commode de commencer à connaître les alternatives qui existent, tant pour avoir un enfant avec la base biologique de l’un des deux, que pour aller en adoption. Ensuite, bien sûr, il y a la possibilité de mettre fin à la relation. Si vous ressentez trop de tension, de conflit ou d’anxiété, il est conseillé de suivre une thérapie.

Enfin, être parent est bien plus qu’une simple question de biologie. Ce qui est merveilleux et magique dans le fait d’avoir un enfant n’est pas seulement ce qui se passe dans le corpsmais surtout les fabuleuses transformations qui s’opèrent dans l’esprit et le cœur.

Partagez cet article :

Commentaires fermés