C’est la faute de votre obésité

- - Santé

« Demain je commence », « c’est fini », « aujourd’hui je dis au revoir à toute cette nourriture de merde », « plus jamais », « je ne peux pas continuer comme ça », « je suis de plus en plus gros », « je dois changer », « j’ai pris du poids », « je suis de plus en plus gros »… Ça vous dit quelque chose ? Ce sont des phrases que vous vous répétez peut-être tous les jours parce que vous avez été amené à croire que vous et vous seul êtes responsable de votre obésité.

Vous pensez que vous êtes le seul responsable de votre corps. Vous ne vous estimez que pour votre image corporelle. Vous vous sentez frustré parce que vos milliers d’attributs ne sont pas suffisamment reconnus par l’environnement.

Vous pouvez avoir l’impression que vous êtes pire pour avoir un corps que la société n’accepte pas. Vous savez que vous devez changer parce que de nouveaux problèmes de santé apparaissent sans cesse ou qu’un professionnel de la santé vous avertit de leur apparition imminente. De nombreuses raisons peuvent vous pousser à changer votre corps.

Homme obèse

De la pression au désespoir

Un jour, par désespoir de changement, tous ces motifs apparaissent dans votre tête rapidement et de façon désordonnée et, à ce moment précis, vous vous sentez mal, vous vous demandez pourquoi vous n’avez rien fait avant, vous vous montrez du doigt.

Au fond, vous pensez que vous êtes à blâmer parce que vous avez été amené à croire que le changement est facile et qu’il suffit d’avoir de la « volonté ».

Les méthodes restrictives sont responsables de votre obésité

Ce désespoir fait ne plus supporter votre corps et, de l’énorme responsabilité que vous ressentez, vous décidez que vous avez besoin d’un changement immédiat. Là, apparaît la nécessité d’une méthode répondant à deux conditions : celle de vous punir pour ne pas avoir mis en place les moyens avant, celle d’obtenir des résultats spectaculaires à court terme. Le pire, c’est que ces méthodes existent, surtout celles qui font la première chose.

Il y a des gens qui créent ce type de programmes de perte de poids et qui en font la promotion comme une option nécessaire et saine. Ils vous disent (et vous vous dites) qu’il faut être fort pour pouvoir supporter une méthode basée sur des sacrifices excessifsLes principales caractéristiques de ce cours sont : des régimes hypocaloriques, un exercice physique intense, une maîtrise absolue de soi et un long etc. que vous connaissez certainement.

L’inconfort de la restriction

Le malaise que vous ressentez à cause de votre corps devient très grand. Vous êtes désespéré et avez plongé dans un processus dont la dureté vous fait ressentir une insupportable insatisfaction. C’est intenable. Vous n’en pouvez plus. C’est impossible. Le désespoir de mettre fin à la pression rend le processus de changement plus rigide. Le processus est si difficile que l’inconfort s’étend au-delà des sensations physiques.

De plus, votre estime de soi s’est érodée, petit à petit, sans que vous vous en rendiez compte. Vous vous regardez et vous vous méprisez, vous ne vous sentez plus mal dans votre corps, mais aussi dans votre espritSavez-vous pourquoi ?

  • Chaque jour, vous ne vous appréciez que pour la forme de votre corps. Comme s’il était tout à vous.
  • Chaque jour, vous vous dites que vous avez un corps de merde.
  • Chaque jour, vous essayez de le changer pour qu’il soit comme vous le souhaitez, comme ils le souhaitent.
  • Chaque fois que vous essayez de la changer, vous le faites d’une manière insupportable et non durable. C’est autodestructeur.
  • Il est évident que vous êtes incapable de vous soumettre à cette discipline. Mais vous ne le voyez pas. Vous pensez que vous ne pouvez pas le faire parce que vous n’êtes pas assez fort, parce que vous n’êtes pas assez.
  • Chaque jour, vous vous sentez coupable de ne pas pouvoir changer, comme si ce que vous aviez l’intention de faire était possible. Vous suivez ces messages trompeurs « tout est possible si vous vous y mettez ».
  • Chaque jour, vous apprenez que la nourriture, celle que vous essayez de refuser, gagne la bataille. Vous en avez besoin pour apaiser votre insatisfaction, pour calmer votre anxiété. Le besoin n’est pas satisfait car l’aide est de courte durée.
  • Ainsi, chaque jour, vous recevez le message que vous êtes en train de perdre. Et vous pensez que vous perdez à cause de vous, parce que vous n’en êtes pas capable, parce que vous n’êtes pas assez.
  • Et parmi tout cela, un message permanent : « tu ne peux pas », « tu es nul », « tu ne peux pas », « tu ne peux jamais », « tu es un échec »…

Une bringue pour vous soulager

Vous avez besoin de vous sentir bien ; l’inconfort devient difficile à supporter, alors, à l’instant même, vous avez lâché vos bras. Vous venez de manger tout ce que vous n’avez pas mangé ces derniers jours. Avec de l’anxiété, de l’inconfort, sans joie. C’est ce qu’on appelle la frénésie alimentaire et, bien que physiquement ce ne soit pas sain, elle cherche à vous soulager, mentalement elle vous calme pendant quelques instants.

La beuverie a réussi à éteindre une anxiété causée par un processus de changement insupportable. Le cycle va recommencer : pression, désespoir, contrôle excessif, insatisfaction, frénésie alimentaire et culpabilité.

C’est la faute de votre obésité

Malheureusement, le soulagement a été bref et maintenant vous vous sentez coupable. Coupable de ne pas avoir pu « faire ce qu’il fallait » pour avoir un bon corps et éliminer toute la pression et l’insatisfaction qui l’accompagnent. Comme si j’étais responsable de tout.

Le cercle sera relancé. Vous vous sentirez sous pression et très motivé pour changer. Vous revenez à une méthode non durable. Vous ne le supporterez pas. Vous vous enivrerez pour soulager cet état de mécontentement brutal. Et encore, la culpabilité. Et vous recommencerez encore et encore, seulement dans votre naufrage, vous atteindrez des niveaux de plus en plus profonds.

On vous a fait croire que vous êtes responsable de votre surpoids ou de votre obésité. Vous vous sentez tellement responsable que la pression que vous ressentez est brutale. Cela a conduit à des méthodes totalement insoutenables qui n’ont fait qu’aggraver la situation. Comme ceci, la solution commence par briser le cercle. Pour mettre de côté l’impulsion et faire une approche réfléchie, ajustée, réaliste ; dans laquelle revenir en arrière ne signifie pas revenir au début, dans laquelle vous pouvez perdre, mais pas tout ce que vous avez gagné.

Vous devez générer un esprit critique qui vous redonne les rênes de votre vie et de vos décisions. Une attitude indépendante de la pensée des masses.

Femme mangeant des bonbons

Que faites-vous pour briser le cycle de la culpabilité ?

Rompre le cercle implique nécessairement relâcher la pression. Pour ce faire, il sera essentiel de créer un message réaliste sur vous-même, votre responsabilité envers votre corps, la forme de votre corps et sa pertinence pour les autres domaines de votre vie. Dans le même temps, il sera essentiel de générer un esprit critique avec la société pour écarter certaines tentations empoisonnées de votre dialogue intérieur.

En outre, vous devez les amener à vous valoriser au-delà de votre corps ou de ce que vous n’aimez pas dans votre corps. Vous devez comprendre que, tel que vous êtes, vous êtes déjà assez. De cette façon, votre plan ne se retournera pas contre votre estime de soi s’il n’est pas réalisé.

Depuis le calme, vous pourrez entrer dans un processus de changement qui est amical, sain, progressif et durable. Un modèle complet qui, en plus de vous apprendre à manger, devrait travailler sur d’autres domaines qui vous aident à vous sentir mieux.

Vous aurez éliminé la pression, le désespoir et l’insatisfaction.Vous n’aurez pas besoin de recourir à la nourriture comme seule source de bien-être et, si besoin est, vous pouvez le faire sans culpabilité car vous savez que « manger pour manger » a parfois un effet protecteur qui a du sens. Il n’y a plus de place pour les beuveries. La culpabilité disparaîtra. Le cercle vicieux aura disparu.

La responsabilité de votre obésité est liée à la culpabilité que l’on vous a fait ressentir et à tout ce qui l’a engendrée.

Partagez cet article :
Avatar

Olivia

Commentaires fermés