Cancer du côlon : l’importance des programmes de détection précoce

- - Santé

Le cancer du côlon est l’un des cancers les plus répandus dans le monde. Il s’agit en fait de la tumeur la plus mortelle juste après le cancer du poumon. Il apparaît chez les hommes et les femmes, ces dernières étant les plus diagnostiquées après le cancer du sein. Chaque 31 mars est consacré à cette maladie dans le but de réfléchir sur différents aspects.

La première et la plus évidente est l’importance des programmes de détection précoce. L’analyse de sang occulte dans les selles (RSOS) est la première étape de ce processus d’identification. Plus tard, si elle est positive, elle est complétée par d’autres techniques de diagnostic telles que la coloscopie. On peut ainsi déterminer s’il y a des hémorroïdes, des polypes ou une tumeur maligne.

Quelque chose d’aussi simple (et économique pour le système de santé) permet de sauver des millions de vies. Le seul problème existant est la sensibilisation de la société, qui devrait savoir qu’à partir de 50 ans, il est conseillé de passer ce test projection pour exclure la présence d’un cancer du côlon.

Ainsi, bien qu’il y ait parfois des précédents qui peuvent agir comme facteurs de risque, il est important de garder à l’esprit que ce n’est pas toujours décisif à 100%.

Le risque est toujours présent, mais le plus décisif et le plus encourageant est de savoir que dans ce type de maladie, la détection précoce augmente de manière décisive l’espérance de vie du patient.

Cancer du côlon

Le cancer du côlon, plus fréquent mais moins mortel

Le nombre de personnes souffrant d’un cancer de l’appareil digestif (côlon, pancréas ou estomac) a augmenté au cours des 20 dernières années. Les organisations médicales nous parlent de nos habitudes de vie, de la mauvaise qualité des aliments, de l’alcool et du tabac comme facteurs de risque.

Ainsi, dans les recherches publiées dans The Lancet Gastroenterology & Hepatologyet réalisée par le Dr. Marzieh Algari, comprennent la Le nombre de personnes aux États-Unis et dans d’autres pays tels que l’Australie, le Canada et la Norvège a augmenté de manière significative.

La bonne nouvelle est que, Malgré cette augmentation des cas de cancer du côlon, le nombre de décès a diminué.

La cause principale (et la plus décisive) est la mise en œuvre de programmes de détection précoce. Le second est l’avancée des techniques de traitement. De plus, cette étude met en évidence un élément intéressant : cette maladie est plus importante dans les pays à haut niveau de revenu.

Les facteurs qui ressortent dans ces derniers cas sont les suivants :

  • La consommation d’alcool et de tabac est plus élevée dans ces pays.
  • Aussi, le fait de dériver dans des régimes alimentaires pauvres en calcium et en fibres.
  • Souffrant de colite ulcéreuse ou de la maladie de Crohn.
  • Souffrir d’obésité. C’est un risque qui, dans de nombreux cas, augmente l’apparition de maladies multiples.
  • Sédentarisme.

Comme nous l’avons souligné au début, il s’agit de facteurs de risque qui augmentent l’apparition de ce type de tumeur. Cependant, ce ne sont pas des facteurs déterminants. La maladie peut également se développer chez de jeunes patients sans prédicteurs tels que ceux énumérés ici.

Un homme qui fume en pensant à son côlon

90% des personnes peuvent être soignées par un dépistage précoce

Le cancer colorectal est une tumeur qui se situe soit dans le côlon, soit dans le rectum (gros intestin). Toutefois, le principal problème du cancer du côlon est qu’il ne présente généralement aucun symptôme aux premiers stades. En moyenne, lorsqu’un patient commence à ressentir des problèmes, ceux-ci sont généralement à un stade plus avancé.

Ainsi, et en général, les problèmes qui se posent habituellement dans ces derniers cas sont les suivants :

  • Changement des habitudes intestinales (diarrhée, constipation, selles plus fines, vomissements…)
  • Sang dans les selles.
  • Douleurs abdominales, gaz, sensation de plénitude.
  • Sentiment de fatigue et d’épuisement persistant.
  • Perte de poids.

En Espagne, à titre d’exemple, 35 000 nouveaux cas de cancer colorectal sont diagnostiqués chaque année chez les deux sexes. Cependant, on constate souvent qu’en cas de détection précoce, l’espérance de vie est de 90%.

Réfléchissons : une adénopathie cancéreuse met environ 2 à 3 ans pour grandir de 1 cm. Et en effet, la personne ne présente aucun symptôme. La détection à ce stade est cruciale.

Lorsque vous allez chez le médecin parce que vous percevez les problèmes énumérés ci-dessus, 7 ou 8 ans peuvent s’être écoulés et, dans ce cas, nous serions déjà confrontés à un cancer invasif. Les programmes de projection ou le dépistage à partir de 50 ans sauve des vies.

Médecin ayant un patient qui déclare un cancer du côlon

Comment le cancer du côlon est-il traité ?

Le traitement du cancer du côlon dépend de l’état du patient, à savoir s’il est à un stade précoce ou avancé. Ces dernières années, la chirurgie laparoscopique, par opposition à la chirurgie ouverte, a permis d’améliorer considérablement l’ablation de ces tumeurs.

D’autre part, et au-delà de la chimiothérapie elle-même, il est Il est important de souligner les progrès remarquables réalisés dans le domaine de l’immunothérapie.

La biologie moléculaire et la génomique dans l’approche du cancer du côlon facilitent la mise au point de traitements plus personnalisés. De cette façon, les métastases sont arrêtées et la maladie est souvent réduite à une rémission complète. Comme nous pouvons le constater, nous continuons à progresser dans cette forme d’approche et les résultats sont encourageants.

En conclusion, l’importance de la détection précoce ne peut être soulignée qu’une fois de plus, et pas seulement dans le cas du cancer du côlon. Des examens réguliers et une attention particulière à nos habitudes de vie sont essentiels pour nous protéger aussi loin que possible de ce genre de réalité.

Partagez cet article :
Avatar

Olivia

Commentaires fermés